Qu’est-ce que le théâtre politique? -


Nous le peuple européen, six personnages en quête d’Europe de Catherine Guibourg
Nous le peuple européen, six personnages en quête d’Europe de Catherine Guibourg

Qu’est-ce que le théâtre politique? Un théâtre militant qui cherche à mobiliser le spectateur pour une cause précise.

Nous le peuple européen - 6 personages en quête de l"Europe

Il peut instruire, distraire, émouvoir, faire rire mais ces différents résultats ne sont pas recherchés pour eux-mêmes contrairement aux théâtre tragique, dramatique ou comique ; ils ne sont que des instruments en vue d’inciter les spectateurs à intervenir dans la Cité à telle ou telle fin.

Le théâtre n’est pas le moyen le plus sûr pour y parvenir.

Souvent, il n’a d’autre effet que de conforter dans leur conviction des spectateurs déjà persuadés de la justesse de la cause.

Mais il est également possible, même si c’est plus rare, qu’une pièce en conduise certains des plus réticents à changer d’opinion.

Car si le théâtre n’a pas la possibilité d’embrigader, il peut au moins émanciper (1).

Enfin, ce n’est pas parce que le théâtre politique ne pousse pas obligatoirement à l’action qu’il n’y parvient jamais.

Le théâtre politique ne manque donc pas de justification.

Ainsi, face à la crise que traverse aujourd’hui l’idéal européen, une pièce comme Nous le peuple européen apparaît-elle particulièrement opportune.

Inutile de s’étendre sur les manifestations de cette crise : le Brexit, l’attitude des pays du groupe de Visegrad et celle, qui n’en est pas loin, de l’Italie de Matteo Salvini.

Le repli nationaliste de tous ces pays fait obstacle à l’affirmation institutionnelle de l’Europe au moment où le besoin d’une Europe forte se fait pourtant sentir face à l’Amérique de Trump, la Russie de Poutine et, last but not least, la Chine de Xi Jinping.

La pièce de Catherine Guibourg met en scène six jeunes adultes dont cinq europhiles et un Flamand qui apporte le contre-point nationaliste.

En tout état de cause des jeunes concernés par la politique et désireux d’en débattre.

Si les partisans de l’Europe (vraiment) unie ne sont pas d’accord sur tout et en particulier sur le pays qui peut revendiquer la paternité de l’idée européenne, ils s’entendront à la fin sur la nécessité d’une fédération et se mettront à en rédiger la constitution.

Mais l’essentiel n’est pas là, il est dans des dialogues qui permettent de faire ressortir la richesse d’une Union qui mêle les langues et les cultures, sans cacher ce qui divise, les préjugés liés aux guerres passées, les plaies laissées par le nazisme et son souvenir, les élargissements successifs, la question de l’immigration…

Une scène remet face à face le Flamand et la Française qui se sont connus plus jeunes.

Pierre est devenu un leader nationaliste tandis que France est une citoyenne du Monde en plus d’être une Européenne convaincue.

Leur affrontement fait toucher du doigt combien certaines divergences peuvent être difficiles à réduire.

Les scènes de groupe sont entrecoupées par des chants en diverses langues tandis que l’Espagnole esquisse quelques figures de flamenco, des intermèdes pour rendre plus concret l’avantage d’appartenir à une communauté plurielle.

Que tous les citoyens, jeunes ou moins jeunes, préoccupés par l’état actuel du monde et de l’Europe, se précipitent vers Nous le peuple européen.

Ils y trouveront des raisons de ne pas désespérer.

1) Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé, La Fabrique, 2008 et Selim Lander, “le théâtre et ses spectateurs”, Esprit, mars-avril 2014.


Auteur

Selim Lander, critique

Republié avec l'aimable autorisation de:

Monde Francophone

 

Close

Subscribe to email updates from New Europeans

Join our newsletter to receive the latest news and events from New Europeans.

* indicates required

Or be a part of it!

Join today Donate Volunteer Online Shop